Billets, poulets et lazagnes

IMG_3662

Avant la fin de l'année, ce blog disparaitra. Les éventuels visiteurs pourront toujours profiter des semaines à venir pour remonter dans le temps; ceux qui ont participé auront largement de quoi récupérer, s'ils le souhaitent, certains textes ou passages auxquels ils tenaient.

Raoul est parti hier soir rejoindre Nycos, Paris, Mycose, Chou-fleur, Aster et toute une joyeuse bande de compagnons qui l'ont précédé. Je pense que l'accueil aura été joyeux.

Posté par Chrono à 09:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 octobre 2017

Au revoir

AUREVOIR

Posté par Blogtrotter-PiR à 12:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 2 octobre 2017

haïku

J'ai retouvé mon petit Ganesh, oublié au fond d'une poche.

Mon coeur redevient un peu plus serein.

Posté par arbrav à 21:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 9 septembre 2017

De tout ou rien - 2

Nous avons connu un gros incendie au bord du village: 35 ha brûlés et 11 personnes évacuées par sécurité. Nos hôtes s'étaient réunis sur la terrasse, regardant la progression des flammes avec un mélange d'anxiété et d'excitation, prenant les avions et hélicoptère en photo lorsqu'ils passaient au-dessus de nos têtes ou quand ils lâchaient leur poudre.
Finalement, le pire a été évité mais le spectacle des collines touchées est désolant.

Il y a eu un mariage récemment, des amis du village... Le plus beau jour de sa vie pour elle, contre mauvaise fortune bon coeur pour lui, qui ne voyait pas quoi changer à leur relation. Leur fille a essuyé plusieurs larmes et attrapé le bouquet que, malgré sa robe plutôt empesée, sa mère a réussi à lancer. La soirée se tenait dans notre moche salle polyvalente. Pas vraiment l'endroit pour une soirée cosy... L'habituel dj, joli garçon faisant jouer ses muscles dans son petit t-shirt jaune poussin, a joué la musique attendue. Celle qui ne nous fait pas danser... De toutes façons, nous devions - oh surprise!- quitter les amis et la soirée dès l'arrivée du gâteau pour cause de boulot quelques heures plus tard... Connaissant les mariés, maintenant la difficulté est de savoir si et où ils partiront en voyage de noces!

Posté par arbrav à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

de tout ou rien

Bien entendu, je vais encore me répéter mais que c'est dur!... Les moments de pause me/nous laissent hébétés de fatigue... Encore trois semaines, qui ne vont pas être faciles, et nous pourrons souffler et changer d'air. Ce sera le nord de la Grande Canarie: falaises, océan et, espérons le, du calme...

Une de mes tantes, une soeur de ma mère, est décédée lundi après six ans de lutte contre son cancer. Inutile de préciser que l'ambiance est "un peu" lourde. Maman est complètement bouleversée. Je me demande comment mon oncle va tenir le coup, après.

Sur un mode beaucoup plus léger, nous avons la visite d'un bon copain dont les amours/ rencontres sont toujours une source d'anecdotes: cette fois-ci, séjournant dans les environs, un mec, sur une application de rencontre, lui demande s'il n'aurait pas été en vacances en Floride, il y a 20 ans. Effectivement! Ils se sont rencontrés sur une plage de South Beach, l'un avec un copain, l'autre en couple, les quatre, Européens, étant les seuls à rigoler et déconner au milieu des garçons musclés prenant la pose au soleil... C'est beau ce que permet la technologie moderne!

Allez, il est temps de reprendre le boulot...

Posté par arbrav à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 août 2017

Du coup

Argh que je déteste cette expression... Sempiternellement reprise par une voisine que je supporte peu. Et entendue toutes les deux phrases quand des gamins de moins de 25 ans s'expriment... J'en peu plus... je n'ai même pas envie d'aller voir l'origine, la signification (rupture, conséquence, causalité?) Du coup, j'écris ....

Au boulot, s'ammoncèlent sur ma table de "gros" chantiers pas très rigolos qui touchent aux difficultés de joindre les deux bouts et encore moins drôle quand il faut annoncer à une vingtaine de personnes qu'elles peuvent commencer à faire leurs cartons (pour certains sous deux semaines...). D'autres dossiers sont, heureusement, des challenges sinon plus joyeux du moins plus valorisant. Et qui entrainent beaucoup d'échanges avec les collègues, ce qui est à la fois enrichissant et fatigant. Résultat des courses sans doute pour fin 2018.

Du côté de la maison, l'occupation a été en demi-teinte mais, âge et boulots aidant, nous n'arrivons toujours pas à faire front efficacement, de manière ordonnée et rapidement à "LA Liste" (des choses à faire). Bon, c'est comme ça et on va pas pleuré, même si un peu de temps libre ferait du bien (alors je compte: 2 week-ends prolongés depuis janvier, une ballade, une soirée de repos depuis juin,... et puis c'est tout... Vivement octobre pour respirer les embruns de l'Atlantique, sur une côte noire, déchiquetée et, espérons le, ensoleillée). Et les bobos n'ont pas aidé ; rien de garve mais une (courte) anesthésie générale en urgence casse un peu le rythme.

Comme nous nous le répétons continuellement : "nous ne nous ennuyons jamais". Etrangement, je ne me sens pas frustré de ne pas avoir le temps de m'ennuyer, de faire face à "LA Liste", de peiner, de fatiguer sous la/les tâche(s). Je me sens globalement en équilibre, à peu près satisafait avec ce qu'il m'est permis de réaliser et accomplir. Mais je sais mon conjoint plus déçu, moins philosophe (heureux?) de cette situation.

Il faut apprendre à voir le temps couler dans nos doigts, apprendre à voir la vieillesse qui se rapproche et nous attend. La sérénité également du coup?

 

Posté par arbrav à 11:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mercredi 17 mai 2017

Amour. Héritage. Racines. Ailes

DSC_0001DSC_0002

De Lanester à Pont-Aven.

Evidemment, c'est satisfaisant de garder un peu d'histoire familiale, d'être un anneau dans une hypothétique chaîne de transmission. Mais il y a aussi beaucoup de tristesse à "récupérer"... comme de jeter une poignée de terre sur des souvenirs.

Posté par arbrav à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 1 mai 2017

En réponse à JM et au garde-champêtre

Mon ami JM s'est pris récemment le chou avec le garde-champêtre au sujet des résultats du premier tour des présidentielles... Il a le chic pour aller porter la contradiction là où, sans doute, on ne lui avait rien demandé :-) Bien entendu, ils se sont rabibochés par la suite.

La discussion partait d'un constat sur des groupes et les présupposés votes : nantis, assistés, classe moyenne, fonctionnaire etc. Je ne partage pas ce constat ; je ne crois pas à la lutte des classes.

En fait, je ne crois pas que cela puisse être une politique. Elle sert à des discours, à des moyens pour atteindre le pouvoir, mais elle ne saurait être une conduite dans la gestion de la cité ; que ce soit au plan local ou national.

Chacun défend ou cherche à défendre ses intérêts mais il me semble que le cercle vertueux est celui qui aide à vivre ensemble, à dépasser les clivages pour construire une communauté. Aucun risque que je me fasse l'apôtre d'un "communautarisme" version "Aquarius time is coming" : personnellement, je reste un individualiste quasi forcené et les groupes, quels qu'ils soient, me rebutent (mon mauvais esprit alimente fortement mes prises de distance...).

Cependant, avec l'âge (la sagesse?), et l'expérience, je comprends mieux pourquoi "l'union fait la force" et en quoi le travail en équipe permet de mieux faire, et de faire tenir dans la durée. Je le vois dans mon boulot, au travers de l'intérêt à monter des projets ensemble, à les partager, à communiquer autour.

Politiquement et socialement, je suis pour un monde ouvert et tolérant, avec des régimes et des choix qui doivent mettre en place des mécanismes pour ne laisser personne sur le bas-côté de la route. Il paraît que l'homme est devenu homme quand il a pris conscience de protéger les plus faibles (malades, âgés, etc.) et de les inclure, de leur laisser une place dans la communauté.

Je fais partie d'une association dans mon village qui oeuvre dans ce sens, avec sa propre sensibilité "terroir et développement durable", et qui tente de mettre en place des projets destinés à tous, grâce à l'aide d'une conseillère municipale pêchue : parcours santé seniors, jardins partagés, journée d'animation sur l'agro-écologie, marché local, etc. Le but est de fédérer des énergies, de démarrer une dynamique de communauté. A une petite échelle certes, mais qui permet de donner du sens.

L'un(e) des piliers de l'association me disait son dégoût des politiciens (ok, d'accord, un peu court mais bon...) et de l'Europe (ah, là je vois pas le rapport ou alors avec le premier point mais bref passons...) et qu'au contraire sa participation à l'assos' reposait sur ces projets concrets, permettant une amélioration du "vivre ensemble".

Oui, c'est de cela qu'il s'agit. Et ensemble veut dire ensemble, quelle que soit la taille et l'échelle de la communauté. Des individus peuvent s'opposer mais bâtir toute une stratégie dessus est inutile et mortifère. Il importe que JM et le garde-champêtre puissent continuer à ne pas être d'accord et cependant vivre et travailler ensemble.

Posté par arbrav à 10:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 18 avril 2017

un samedi à la campagne

Cette troisième édition de la Journée de notre association fut moins couronnée de succès cette année... repos et lauriers, températures frisquettes et vent, week-end pascal et vacances scolaires. toussatoussa.. Bref, moins de monde et d'enthousiasme. Malgré tout, le marché locavore était joli, bien achalandé (m'ayant permis de m'approvisionner d'asperges et fèves, l'une comme l'aurtre délicieuses, de fraises et de radis) ; la conférence-débat sur l'eau et son utilisation économe était intéressante avec de très bons intervenants, le repas-concert sympa. Ce fut donc pas mal même si la trésorerie risque de le sentir passer pour préparer l'an prochain. Et même si la présence lourde et visible de militants d'un candidat à la présidentielle était franchement mal venue et gonflante (même les témoins de Jéhova font moins de prosélytisme).

Poursuite du "travail social" le lendemain après le nettoyage de la salle municipale (berk) et la réception des hôtes du jour. Nous étions invités à une petite "garden party" de Pâques. Ma moitié travaillant bien entendu ce jour-là, je nous représentais parmi la quinzaine d'invités: 85% de garçons sensibles, 75% de Britanniques, sirotant leurs verres de rouge sous le soleil, hors du monde, comme sur une île...

Enfin, dernier jour des Pâques, à deux exceptionnellement! Un peu de boulot mais une belle après-midi entre genêts et thym, château et muraille, garrigue et sous-bois. Et pour l'anecdote, sur le retour, effectivement déjà tard dans le début de soirée, nous avons dérangé une petite équipe s'apprètant à prendre les photos publicitaire de son prochain porno... On trouve tous les types de faunes sous les cyprès et les chênes verts.

Copie de DSC_0010

Copie de DSC_0011

Copie de DSC_0016

Copie de DSC_0022

Copie de DSC_0024

Posté par arbrav à 13:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 12 avril 2017

au-delà du mur

Mon "big boss" a décidé que les cadres de la boîte devraient mieux travailler ensemble, sous sa direction et celle de son numéro 2.

Nous avons donc passé quelques jours de team coaching, à envisager une meilleure collaboration, plus de communication, le tout dans une ambiance qui se doit de lorgner vers le bien-être (mot d'ordre et de ralliement actuellement...). Quelques jours aussi à tourner autour du pot car, si dans une organisation, quelle qu'elle soit, il existe un problème, d'où vient-il généralement? Der Fisch stinkt vom Kopf her, non?

J'ai donc quelques doutes sur les bienfaits à venir de ce team coaching et de la thérapie de groupe ... surtout si je/nous dois/ devons continuer également à gérer le quotidien et ses petits problèmes, ce qui nous empêche d'accèder à la "vision", de co-diriger et de co-exécuter. Bref - et je suis prêt à assumer et mon mauvais esprit et mon pessimisme - du temps, de l'énergie (et de l'argent) à gâcher si tout le monde, oui, big chief: tout le monde, n'y met pas du sien.

AU-delà de cette recherche d'efficacité et du bien-être quasi new-age, quand on ne sait plus quoi inventer pour avancer, d'autres vont réellement plus loin. Un bon copain fête ses cinquante ans lundi prochain. Engagé politiquement (écolo) et socialement (normal pour un prêtre, direz-vous), ouvert sur le monde et travaillant avec des étudiants, il se bat quotidiennement pour l'accueil et l'intégration des réfugiés. Il a même écrit un bouquin sur le sujet, sur le  fait d'être ensemble. Là se situe l'enjeu d'une vraie communication, celle à construire. Là est l'enjeu de la collaboration, du travail en commun: s'ouvrir au monde, sans préjugé ni lunettes roses. Là est à attendre le résultat concret du "gagnant-gagnant". ça s'apprend aussi.

Posté par arbrav à 09:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]