Billets, poulets et lazagnes

mardi 30 août 2016

Starsky et Hutch

Finalement, dans ces billets, on (je) finit toujours par redire les mêmes choses. Sous une forme parfois différente peut-être mais ce sont souvent les mêmes questionnements qui invitent à se pencher sur un clavier.

Cela va faire (très) bientôt 21 ans que nous nous sommes rencontrés, très vite aimés et adoptés. Nous tenons bon, encore. Nous ne nous ennuyons pas l'un l'autre et les petits papillons sont toujours dans l'estomac. Ainsi qu'une grande plénitude à se sentir aimé et accompagné.

La fin de l'été est toujours un peu un bilan, de notre activité de "temps libre" mais aussi de la manière dont nous sommes perçus, puisque les rencontres se multiplient que ce soit de revoir des amis/ connaissances/ habitués ou rencontrer de parfaits inconnus. Certains le resteront, avec d'autres la rencontre est/ fut plus profonde. Et dans leurs remerciements, je vois, comme dans un miroir, le reflet de ce que nous (re)présentons.

Outre ces rencontres, deux avis, plutôt des compliments, d'amis très différents, m'ont fait ressentir combien nous étions effectivement soudés (non, fusionnels serait beaucoup trop fort, et inadéquat, surtout quand je me fais engueuler...). Nous nous aimons et, ainsi, formons une équipe, comme sur un tandem, pour avancer, aller plus loin.

Depuis vingt-et-un ans, nous nous sommes améliorés l'un l'autre, à être aimés de l'autre. Nous continu(er)ons ainsi.

1466871782109

Posté par arbrav à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 juillet 2016

C'est sans doute con de pleurer un animal, surtout quand il fut égoïste et plutôt stupide. Mais c'était aussi l'âme de la maison, son Lare... Il n'a pas supporter une nouvelle fois de se frotter à une voiture roulant... Le petit (vieux) chat est mort.

Posté par arbrav à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 13 juillet 2016

Finalement, non

Finalement, il n'y aura pas de coup d'accélérateur. Il ne pourra pas y en avoir.

Ce n'est pas si difficile d'assumer ses choix. Mais il peut sembler plus ardu, plus tard, d'en assumer également les conséquences.

Même si ce n'est pas un mal en soi: un chemin reste un chemin, ni bon ni mauvais. Le voyage est "neutre", le trajet "objectif" ; la manière dont on l'aborde le rend éprouvant ou en fait une version "bottes-de-sept-lieux-les-doigts-dans-le-nez".

Donc, pas d'accélération disais-je. Le défi est donc maintenant de prendre du plaisir à la petite vitesse, surtout ne pas se sentir frustré ou développer des complexes ou une rancoeur. Tiens, d'ailleurs mon horoscope me le disait l'autre jour, comme quoi...

Je pourrais continuer, longuement, à "philosopher" sur cette thématique, aidé par "La Leçon de Piano" en fonds sonore et le meilleur gin du monde dans mon verre... Mais il me faut continuer à agir, à travailler sur moi, pour, de moi-même, me renouveler, me réinventer. Pour rester ouvert au monde extérieur, pour gagner mon bonheur et le partager. Jour après jour, se remettre sur l'ouvrage.

D'après la sagesse chinoise ancienne "Il existe deux chemin pour atteindre la plénitude: tel le dragon, en flottant dans l'azur ou tel le ver de terre, en fouillant la terre". Va pour le ver de terre!

Posté par arbrav à 19:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 10 juillet 2016

Être à la croisée de chemins.

L'Etoile du Berger scintille dans le cadre de la fenêtre.
Il fait 28 degrés.
La chaleur enveloppe le chant des grillons et les musiques de la fête du village
Des graines explosent dans la cour.
Malgré cette chaleur et ma fatigue, je crois que j'aimerais donner un coup d'accélérateur.

Posté par arbrav à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 juin 2016

la tentation

st-antoine-de-padoue

Célébrons donc son jour et demandons lui de nous retrouver Chrono ou que celui-ci lui demande à retrouver le chemin de son carnet à billets....

Posté par arbrav à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 3 juin 2016

Réponse philosophique et politique

CHAPITRE XII

La planète suivante était habitée par un buveur. Cette visite fut très courte, mais elle plongea le petit prince dans une grande mélancolie: 

- Que fais-tu là ? dit-il au buveur, qu'il trouva installé en silence devant une collection de bouteilles vides et une collection de bouteilles pleines. 

- Je bois, répondit le buveur, d'un air lugubre. 

- Pourquoi bois-tu ? lui demanda le petit prince.

- Pour oublier, répondit le buveur.

- Pour oublier quoi ? s'enquit le petit prince qui déjà le plaignait. 

- Pour oublier que j'ai honte, avoua le buveur en baissant la tête. 

- Honte de quoi ? s'informa le petit prince qui désirait le secourir. 

- Honte de boire ! acheva le buveur qui s'enferma définitivement dans le silence. 

Et le petit prince s'en fut, perplexe. 

Les grandes personnes sont décidément très très bizarres, se disait-il en lui-même durant le voyage. 

Antoine de Saint-Exupéry (1900 - 1944)

Posté par Blogtrotter-PiR à 12:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 2 juin 2016

 

 

Posté par ambre62 à 00:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 1 juin 2016

question philosophique et politique

Vaut-il mieux oublier pour survivre ou apprendre de nos erreurs ?

Posté par arbrav à 09:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]