Billets, poulets et lazagnes

vendredi 10 février 2017

Il y a des jeunes au bureau !

synabio-img-317

 

Il faut fermer les portes, refermer les placards, ranger les fournitures abandonnées, touiller dans la cuvette du WC, déboucher le WC et tirer la chasse, éteindre les lampes, ramasser la boue par terre, bientôt repeindre les murs où sont apparues des traces de passage, essuyer l'évier du coin cuisine, veiller au bon ordre de la salle de réunion, aérer un sac de sport, cacher le short qui sèche sur le radiateur, vider le frigo de la bouffe périmée, vérifier les échéances, éteindre le chauffage, être toujours  de bonne humeur et en plus faire le travail délégué comme si on ne l'avait pas délégué. Aucun doute n'est plus possible: il y a des jeunes au bureau ! Et l'environnement, le développement durable et toutes ces choses, tenez-le vous pour dit: les jeunes générations s'en foutent.

 

 

 

 

Posté par Blogtrotter-PiR à 14:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 12 janvier 2017

voler la vedette

Puisqu'ici - d'après des billets passés - le 12 janvier se commémore...

jmd_0110

Il a l'air quand même un peu surpris d'être au premier plan.

Enregistrer

Posté par arbrav à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 19 décembre 2016

38.5 le matin

Je descends les escaliers en colimaçon et traverse les chambres et salons rococo de cette annexe du Quai d'Orsay. De temps à autres, je croise, au-dessus de leurs bureaux plats, le regard et le sourire légèrement pervers des Hélyacins du ministère, cintrés dans leur pull mérinos bleu marine.
Dehors, dans ce quartier populaire, le soleil éblouit. La communauté gitane pleure l'une des siennes. Une belle sur le retour, conseillère municipale de cette station balnéaire, assassinée pour un mélange de jalousie féminine et de corruption immobilière...
Nous devons repartir mais l'appli n'a pas bien enregistré les billets. Arrivés à l'aéroport pour rien, nous devons vite repartir, récupérer le ferry à destination des calanques ou des Cyclades. Mais il faut avant, et à l'heure, prendre le bus qui passe devant la maison.
Mon dos me fait mal. Les images restent gravées comme le mercure dans le tube...

Posté par arbrav à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 5 décembre 2016

Ouvrir et refermer

Je vais me rendre en Bretagne, encore pour un enterrement. Ma grand-mère est décédée hier matin. Ce n'était pas une mamie à confiture mais les souvenirs des moments passés chez mes grands-parents sont doux: après-midi d'été à Larmor où les coquillages faisaient mal aux pieds à marée basse, goûts du roti pompé pommes de terre rissolées, purée mélangée avec le cabillaud et le beurre salé, carrés du gâteau d'Arzano trempé dans le chocolat...

Elle n'a pas souffert et n'aura pas eu le temps d'être encore plus malheureuse, veuve et déprimée de l'être, dans cette maison de retraite, placée à la suite de multiples AVC.

C'est étrange, les souvenirs sont doux et sont toujours présents mais j'ai un peu l'impression de les ranger une étagère plus haut au fond de l'armoire...

Posté par arbrav à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 novembre 2016

Eprouvette

Par curiosité et par goût, j'aime quand une réunion, une rencontre permet de croiser et (se) mélanger à des horizons différents.

Absorber ces influences, ces discours, les mélanger dans mon éprouvette personnelle, sans nécessairement trouver une solution mais sans précipitation.... En douceur, s'enrichir à ces contacts.

Ce week-end, nous sommes partis fêter un anniversaire. Vol vers la Suisse puis autoroute vers l'Allemagne avec un GPS en italien (Ahhh c'est beau "svoltare a la sinistra"!)

Le food-truck délivrait de la "fusion food" sur une base brésilienne, servie par un Italien et un Portugais. Le vin était toscan, la bière et le crémant local. Mélange d'enfants, d'ados, de cinquantenaires et d'octogénaires, d'ingénieurs, d'intellos, de travailleurs sociaux et d'artistes, de Français, d'Allemands, de Suisses. Discussion animée avec une Californienne de LA et une Shangaïenne ayant survécu à un choc des cultures (aller simple Shangaï-Bayreuth pour l'amour d'un Autrichien...). A une heure, le dj a mélangé des tubes des années 80 et de la musique yiddish.

Les générations suivantes semblaient, dans cet endroit un peu hors du temps, pleines de promesses. Là, je pouvais oublier, les relents de peur et le repli sur soi, le vieillissement mal vécu de notre société... En espérant que leur propre éprouvette soit l'instrument de laboratoire d'un futur plus joyeux.

 

Posté par arbrav à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 novembre 2016

Instants balnéaires

instant balnéaire

Il est des villes et villages de bord de mer exotique qui, en attirant le même public, peuvent finir par se rassembler quand la foule s'amuse et boit, en général devant le coucher du soleil...  Goa,  Jericocoara, Nungwi, Ibiza...

Mélange de touristes de base, de jeunes gens venus faire la fête et des sports nautiques (heu... Mais où avez-vous dejà trouvé les moyens de partir si loin?).

Notre dernière étape était de ce style, avec force vendeurs de souvenirs et d'excursions démarchant sur la plage les portes- monnaie des pays développés.

Il était amusant d'observer les scénettes de vente ou les séances de selfies des jeunes couples ou des groupes errant comme des veaux sous la conduite de leur guide.
La température monte vite dans ce genre d'endroits et ça drague, de manière plus ou moins désintéressée.

Nous avions remarqué un soir au restaurant  deux italiens volubiles.
Le lendemain, autre restaurant, les deux étaient accompagnés d'une sirène élégante et légèrement minaudante, à la coiffure afro, à laquelle ils tenaient une conversation très égocentrique dans un anglais hésitant... Nous sommes partis avant d'avoir appris s'ils allaient sauter le dessert.

A une autre table, deux italiennes ayant dépassé l'âge du retour, bien teintées et liftées payaient les assiettes de poulet de deux très jeunes beach boys locaux... Que valent 50 ans de différence contre une assiette de poulet et quelques bières? Mais il y avait sans doute un peu plus de liquide à avoir...
La veille, elles avaient été déjà nos voisines de restaurant avec un groupe plus important de garçons et une autre compatriote plus jeune, vaguement hippie  maigrichonne et légèrement perchée (herbalement ou chimiquement).
Et puis grande scène du deux! Un des garçons en est presque venu aux mains avec le personnel du restaurant... Une histoire de plat de poulet et de quelques insultes. Tentatives de calme sans grand succès alors "C'est ridicule, te mettre en colère comme ça ! Et le respect vis à vis de nous? Tu nous manque de respect, tu dégages et basta !!"
Exit le beach boy.
Après un léger temps de réflexion, les "none" en mini jupe ont préféré régler l'addition et quitter les lieux accompagnées des boys les plus doux (ceux qui les escorteraient le lendemain soir...)
La maigrichonne est demeurée avec le reste du groupe de testostérones, ç'aurait été dommage de gâcher l'assiette de poulet payée par les bonnes copines ; elle leur a ensuite proposé d'aller fumer un pétard dans son bungalow...

Ça fait toujours des anecdotes à raconter, j'aime bien.
Mais, fort heureusement, ce ne seront pas les seuls souvenirs de ce voyage de noce.

Posté par arbrav à 21:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 11 octobre 2016

à la chaine

S'il fallait seulement écrire avec la certitude d'être lu...

ça bouge un peu au boulot, le Grand Chef ayant des envies de faire feu de tout bois... Avec quelques collègues et chefs, nous bénficions donc prochainement d'une journée "coaching" pour mieux encadrer, manager et travailler ensemble... avec pause déjeuner ensemble (youpi...soupirs...).

Tout ce que je déteste! Moi aussi j'ai Google et je me suis renseigné sur le coach, sorti du chapeau par le Grand Chef. Dois-je me sentir rassurée que son principal titre de gloire soit la reprise en main du processus de fabrication de batonnets de poisson industriels....? vivement les vacances...

Posté par arbrav à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 9 septembre 2016

Actualité littéraire.

"- Alors, l'écriture de ce bouquin, ça se passe comment ?

1

- Au moins, tu te fais plaisir en écrivant, c'est l'essentiel !

3

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Chrono à 14:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 30 août 2016

Starsky et Hutch

Finalement, dans ces billets, on (je) finit toujours par redire les mêmes choses. Sous une forme parfois différente peut-être mais ce sont souvent les mêmes questionnements qui invitent à se pencher sur un clavier.

Cela va faire (très) bientôt 21 ans que nous nous sommes rencontrés, très vite aimés et adoptés. Nous tenons bon, encore. Nous ne nous ennuyons pas l'un l'autre et les petits papillons sont toujours dans l'estomac. Ainsi qu'une grande plénitude à se sentir aimé et accompagné.

La fin de l'été est toujours un peu un bilan, de notre activité de "temps libre" mais aussi de la manière dont nous sommes perçus, puisque les rencontres se multiplient que ce soit de revoir des amis/ connaissances/ habitués ou rencontrer de parfaits inconnus. Certains le resteront, avec d'autres la rencontre est/ fut plus profonde. Et dans leurs remerciements, je vois, comme dans un miroir, le reflet de ce que nous (re)présentons.

Outre ces rencontres, deux avis, plutôt des compliments, d'amis très différents, m'ont fait ressentir combien nous étions effectivement soudés (non, fusionnels serait beaucoup trop fort, et inadéquat, surtout quand je me fais engueuler...). Nous nous aimons et, ainsi, formons une équipe, comme sur un tandem, pour avancer, aller plus loin.

Depuis vingt-et-un ans, nous nous sommes améliorés l'un l'autre, à être aimés de l'autre. Nous continu(er)ons ainsi.

1466871782109

Posté par arbrav à 16:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 30 juillet 2016

C'est sans doute con de pleurer un animal, surtout quand il fut égoïste et plutôt stupide. Mais c'était aussi l'âme de la maison, son Lare... Il n'a pas supporter une nouvelle fois de se frotter à une voiture roulant... Le petit (vieux) chat est mort.

Posté par arbrav à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]